Logo de la Société wallonne d'étude du dix-huitième sièclePAGE D'ACCUEIL    LIENS WEB    PLAN DU SITE    CONTACT    ACTUALITÉ










mÉmoires sur les grandes
gelÉes et leurs effets


THÉODORE AUGUSTIN MANN

Édition présentée par MURIEL COLLART
Préface d'EMMANUEL LE ROY LADURIE


En 1777, Théodore Mann (1735-1809) soutenait devant ses pairs d e l’Académie de Bruxelles que la terre subissait un réchauffement climatique général et irréversible. Il s’opposait ainsi à l’opinion dominante qui interprétait les grands hivers du XVIIIe siècle comme un signe de refroidissement du globe et à la théorie de la terre de Buffon.

Mann développa cette thèse cinq ans plus tard dans les Mémoires sur les grandes gelées et leurs effets. Quel rôle jouait ici le facteur anthropique ? Étaient considérés l’abattage des forêts, l’agriculture intensive et l’assèchement des zones humides. L’action humaine ne lui semblait cependant pas suffisante pour expliquer le global warming. Partisan d’une conception plutonienne de la formation de la terre, adhérant à l’idée cartésienne d’un feu central, Mann avança que le principe de chaleur libéré par la combustion opérant au cœur du globe se dégage à la surface de la terre et en augmente progressivement la température. Il anticipait ainsi le débat qui agite la communauté scientifique actuelle, que l’on sait partagée entre la causalité attribuée aux activités humaines et la logique propre des causes physiques.

Spécialisée en histoire de l’agronomie et de la climatologie, Muriel Collart a cofondé, avec Daniel Droixhe et Pol-P. Gossiaux, la Société wallonne d’étude du XVIIIe siècle.

Paris, Hermann, coll. « Météos », 2012, 208 p., ISBN 9782705681791, 22.50 €.

La collection « Météos » est dirigée par Thierry Belleguic et Anouchka Vasak.



Rechercher

Spotlights


 
Copyright © 2011-2016 Société wallonne d'étude du dix-huitième siècle asbl (Swedhs). All rights reserved. info@swedhs.org