Logo de la Société wallonne d'étude du dix-huitième sièclePAGE D'ACCUEIL    LIENS WEB    PLAN DU SITE    CONTACT    ACTUALITÉ










Visiteurs à Spa > L'Avant-Coureur spadois

N° 4. où se trouvait réellement
l’hôtel de bedford, à spa?


Par DANIEL DROIXHE

La Liste des Seigneurs et Dames venus aux Eaux Minérales de Spa enregistre l’arrivée, le 1er juin 1775, de « Madame la Comtesse de Bonde, née de Frolle, Suédoise », qui s’installe « au Duc de Betford, Grand’Place ».  Cet établissement — hôtel ou maison de résidence — ne figure pas sur le plan Caro de 1770, car l’immeuble a été élevé après cette date. On le trouve au contraire dans le plan Lecomte de 1780, où il porte le numéro 23 de la « Rue de la Grande Place », tout au bout de celle-ci.

Description : Lecomte Rue de la Grande Place.jpg

Nous savons désormais que la « Grande Place » et la « Rue de la Grande Place », dans ce plan comme dans celui de Caro de 1770, fusionnaient pratiquement pour constituer un ensemble correspondant aujourd’hui à la rue du Marché. C’est ainsi qu’au  n° 1 de cet ensemble se trouvait l’Hôtel de Lorraine, ou plus exactement la façade de celui-ci, qu’une entière reconstruction, au XXe siècle, a fait bouger d’un quart de tour du sud à l’ouest, de sorte que l’entrée de la rue du Marché est aujourd’hui constitué du pignon droit de l’Hôtel de Lorraine. Autrement dit, la rue commence par cette « annexe de tendance résolument contemporaine, en panneau de verre fumé », que décrit la notice du Patrimoine monumentale de la Belgique et que l’on aperçoit sur cette photo.

Description : P1060324.JPG
Clichés M. Collart et D. Droixhe, 1/5/2012

On peut aussi parcourir la rue du Marché en empruntant Google Maps, avec l’outil « Street view ».

La comparaison entre les plans Caro et Lecomte, une fois le premier rétabli dans une orientation du sud au nord, fait apparaître une première donnée importante. Les indices renvoyant aux différents lieux de résidence sont identique du n° 9, Hôtel du Cornet, au n° 18, Hôtel du Mouton Noir. Celui-ci, dans cet ensemble, jouxte l’hôtel du Mouton blanc, qui constitue un point de repère, puisque l’immeuble existe encore et porte le n° 62. Une plaque rappelle qu’y ont logé le prince et la princesse Ferdinand de Prusse en 1763, le duc de Lauzun en 1775, etc.

Description : P1060290Hôtel du Mouton blanc 01.JPG
Hôtel du Mouton blanc.

Description : Rue Marché Caro Lecomte 300.jpg

On voit qu’une incrémentation de la numérotation se manifeste, du premier plan au second, après le n° 18 (Mouton noir) : le Roi de Prusse du plan Caro, qui porte le n° 19, devient le n° 20 dans le plan Lecomte, etc.  Ceci résulte évidemment de la construction, après 1770, du Roi de Naples, qui occupe l’espace libre à droite du n° 18 dans le plan Caro et qui prend au Roi de Prusse le n° 19. Il paraît également logique que le Duc de Bedford, n° 23 du plan Lecomte, ait été construit à côté du Mouton d’or, qui portait le n° 21 en 1770 puis le n° 22 en 1780 : on imagine mal qu’un même établissement change de place au prix d’une reconstruction.

Le Patrimoine monumental de la Belgique, dans le volume consacré à Spa (Volume 123. Province de Liège. Arrondissement de Verviers, Liège : Mardaga, 1985), consacre deux notices à ce qui apparaît comme les n° 22 et 23 du plan Lecomte.  On en donne ici les photos (provisoires).

Description : P1060302 réd.jpg
Boulevard des Anglais, n° 30 = n° 22 du plan Lecomte

Description : P1060300.JPG
Boulevard des  Anglais, n° 32 = n° 23 du plan Lecomte

Le Patrimoine monumental  décrit l’actuel n° 30 comme une « construction élevée au 3e quart du XVIIIe siècle et occupée alors par un hôtel connu sous le nom « Au Duc de Bedford’ ». La maison voisine , qui porte aujourd’hui le n° 32, est définie comme une « construction de la 2e moitié du XVIIIe siècle », sans identification particulière quant à une éventuelle enseigne. La lecture du plan Lecomte suggère au contraire que ce second immeuble correspond au n° 23 du plan Lecomte, et donc à l’hôtel de Bedford : on ne voit en effet, dans ce plan, aucune construction prolongeant immédiatement la rue du Marché vers la droite, dans le tournant qui mène vers le « Vieux chemin d’Aix la Chapelle dans la Montagne ».

Que l’actuel n° 32 corresponde en fait à l’hôtel de Bedford semble confirmé par une rectification qu’a portée un des propriétaires de l’immeuble : voir le dessus de porte ci-dessous.

Description : P1060301.JPG
Autre vue du n° 32 du boulevard des Anglais

Si l’argumentation est correcte, il s’ensuivrait qu’il faut rendre au n° 30 son identification avec l’hôtel du Mouton d’or.  Un examen plus approfondi des Listes de seigneurs et dames ferait peut-être apparaître des nombres d’hôtes différents entre les deux hôtels : on attendrait que le Mouton d’or, avec ses cinq travées, accueille un plus grand nombre d’étrangers que le plus modeste Duc de Bedford, limité à trois fenêtres par niveau.  A côté de la comtesse de La Bonde, on ne relève en effet en 1775, pour le Duc de Bedford, que le séjour d’un « Gentilhomme Anglais », « Monsieur Garvey », enregistré le 13 juillet. Pour 1776, seul un « Monsieur Tottenham, Colonel au Service de S.M. Britannique », paraît s’installer au même établissement, avec son épouse, le 18 août. Le titre de celui-ci pouvait sembler plus flatteur. Mais on frayait sans doute davantage de nobles ou riches figures au Mouton d’or.

On a esquivé ici la question de l’identification de l’hôtel du Roi de Prusse, n° 19 en 1770, n° 20 en 1780. L’établissement avait reçu des personnalités de premier ordre, dont les célèbres féministes Elizabeth Montagu et Elizabeth Carter (voir l’Avant-Coureur spadois, n°2). 

Aujourd’hui, en suivant les n°  30 et32 de l’actuel boulevard des Anglais, on trouve un petit immeuble, en retrait, qui porte l’inscription « Hôtel des Princes » — celui-ci n’existe pas sur les plans consultés — et une plaque de métal annonçant : « Institut itinérant des Petites et Moyennes Etudes pataphysiques ». Une des sonnettes de la porte d’entrée, que surmonte un balcon pourvu d’un joli  fer forgé, avec entrelacement inexpliqué de monogrammes, porte le nom de l’ami André Stas. Il serait piquant que notre ardue recherche de l’hôtel Bedford ramène finalement celui-ci — par une erreur dans le cheminement — du côté  des amis de Jarry et de la « science des solutions imaginaires ».

Le 10/7/2012

 



Rechercher

Spotlights




 
Copyright © 2011-2016 Société wallonne d'étude du dix-huitième siècle asbl (Swedhs). All rights reserved. info@swedhs.org